6 juin 2016

L’odyssée solidaire Après la montagne, la mer ! Pour 2016, ODP propose un nouveau défi sportif aux pupilles orphelins

Après la montagne, la mer ! Pour 2016, ODP propose un nouveau défi sportif aux pupilles orphelins : la traversée de la Méditerranée en pirogue.

Après l’ascension du Mont Ventoux soutenue en 2012 par la Fondation, l’association propose à vingt-cinq pupilles de relier le continent à la Corse dans cette embarcation polynésienne.

Une aventure à la fois sportive et humaine qui prendra la forme d’un relais par équipes : 130 miles nautiques à la rame (soit près de 250 kilomètres), entre Toulon et Calvi en Corse.

 

TRANSCRIPTION TEXTUELLE VIDÉO ODP

Plan sur Nathalie Vinouze, directrice générale Œuvre des pupilles orphelins et fonds d’entraide des sapeurs-pompiers, ODP

Alors, l'Œuvre des pupilles est une association qui a été créée en 1926, donc elle fêtera ses 90 ans l'année prochaine, en 2016.

Notre mission principale est de venir en aide aux orphelins de sapeurs-pompiers sur l'ensemble de la France. Alors, on s'occupe aujourd'hui de 1175 pupilles et ça représente à peu près 760 familles.

Le but principal, c'est de les aider à suivre des études, en fait, à suivre une scolarité la plus normale possible comme si les deux parents étaient encore présents.

Donc, on verse des allocations trimestrielles, pour certains. Et surtout, on fait des aides ponctuelles aussi tout au long de leur scolarité et tout au long de leur vie, jusqu'à la vie d'adulte, jusqu'à leur insertion dans la vie active.

Et puis, sous la forme de vacances, de choses un petit peu plus ludiques, on essaye de leur permettre de se retrouver en famille. Et, de passer, tout simplement, des séjours de vacances le plus simplement possible.

Et, pour l'année prochaine, pour les 90 ans, en 2016, on a décidé de relancer un défi un peu sportif qui est la traversée de la Méditerranée entre Toulon et Calvi, dans des pirogues polynésiennes. Et, ce sera également un relais sur 48 heures.

Donc, il y a 6 personnes dans la pirogue et qui vont se relayer pendant toute la journée et toute la nuit pour essayer de faire cette traversée.

Le sport, c'est souvent la cohésion et c'est pas forcément la compétition, et surtout, dans ce cas-là, c'est surtout la solidarité.

Et surtout, c'est une manière, je pense, de se ressourcer mais aussi de repenser à certains événements de la vie, les événements douloureux, et souvent, ils échangent pendant ces moments-là parce que pendant l'effort, pendant la difficulté, on a besoin de se retrouver et de se donner des petits coups de pouce et des motivations.

La chance qu'on a à l'Œuvre des pupilles, c'est d'avoir ce recul maintenant de pratiquement 90 ans. Et, le meilleur constat qu'on puisse faire, c'est que nos pupilles s'en sortent et qu'un jour ou l'autre, on sait que ça va mieux, qu'ils y arrivent scolairement, professionnellement, familialement, on sait qu'ils s'en sortent.

Et, ça, grâce à des associations, à l'entourage familial qui est important, aux amis, aux collègues. Et puis, à des associations comme l'OCIRP qui nous aide justement à financer des projets et à continuer d'accompagner les orphelins tout au long de leur vie.

Fin de la vidéo